Les conseils d'expert > Le sommeil de bébé > Favoriser le sommeil de bébé avec une infirmière puériculture

Favoriser le sommeil de bébé avec une infirmière puériculture

Une des principales préoccupations des jeunes parents est le sommeil de leur enfant, qui conditionne le leur par conséquence. Muriel Ighmouracène, infirmière puéricultrice et directrice de crèche, vous donne quelques pistes pour des nuits – presque – sereines.

 

Est-il important d’établir un rituel au moment du coucher ?

Muriel Ighmouracène : Oui, très ! L’enfant a besoin de repères stables pour se sentir en sécurité et savoir ce qu’il doit faire à un instant T. Avoir un rituel fixe autour de son coucher, c’est permettre à votre enfant de s’y préparer en douceur, de savoir qu’il sera bientôt l’heure de dormir et qu’il est temps d’interrompre ses activités. Un bain, une histoire, une chanson, un doudou, un massage, une veilleuse, un câlin, à vous de choisir le rituel qui convient à votre famille et de l’effectuer toujours dans le même ordre.

 

Avez-vous quelques « trucs » à donner aux parents qui rêvent de nuits calmes ?

Muriel Ighmouracène : Chaque enfant est unique et il n’y a pas de remède miracle, mais voici quelques pistes à étudier :

– Veillez à être aussi détendus que possible au moment du coucher. Vous venez peut-être de rentrer du travail et êtes encore stressée, mieux vaut alors confier le rituel du coucher à votre compagnon.

– Ne laissez pas passer le « train » du sommeil ! Si votre bébé baille, se frotte les yeux, semble fatigué, geint, couchez-le même si pour une fois ce n’est pas tout à fait l’heure. Comme pour les adultes, s’il rate son « train de sommeil », il faudra attendre le suivant.

– Couchez-le à heure fixe. Plus tôt s’il est visiblement épuisé, mais évitez autant que possible de le coucher plus tard. Plus les horaires du coucher d’un enfant varient, plus il a du mal à trouver le sommeil.

 

Quand faut-il consulter pour des troubles du sommeil ?

Muriel Ighmouracène : Généralement on ne parle pas de troubles du sommeil avant les 12 à 15 mois de l’enfant. Mais il est urgent de consulter si vous n’en pouvez plus, si le manque de sommeil de votre bébé perturbe votre vie de famille, votre voisinage, votre vie de couple, vos autres enfants. N’attendez pas d’être épuisée pour réagir, l’intervention d’une tierce personne donne souvent des résultats efficaces en peu de séances, ne serait-ce que parce que son regard extérieur lui permet de voir ce qu’on ne voit plus !

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on PinterestEmail this to someone

Login

Lost your password?